Bienvenue sur Histo.com, la plus
ancienne librairie d'histoire locale sur le Net...


Retrouvez l'intégralité de la collection
Monographies des villes et villages de France
Des livres de référence d'histoire locale

1351, "AUTREMENCOURT. La seigneurie, le village et les environs", "François Richard", "Edition 2002", "Format 14 X 20. 394 pages", "48e", "", 4, "Capitale de la monographie historique, le village d'Autremencourt est bien connu des lecteurs de notre pays, surtout à ce titre. A travers les ouvrages publiés dans la collection Monographies des villes et villages de France, son nom sonne haut et fort : il renvoie à une France profonde qui cultive ses traditions, sans pour autant bouder la modernité. Et c'est bien ainsi que la localité apparaît, en ce début du 3e millénaire, dans une cohabitation harmonieuse entre le présent et le passé. Il fallait donc que ce village-creuset de l'histoire locale eût, lui aussi, sa monographie. C'est chose faite aujourd'hui. Certes, et l'auteur le reconnaît lui-même, le sujet est loin d'être épuisé, mais des origines lointaines (Austremundi cortis ou Ultra montem cortis) à l'année 2002, des jalons historiques ont été posés : de la forêt sans miséricorde, qui recouvrait toute la région jadis, au Laonnois à prédominance agricole de notre XXIe siècle, que de chemin parcouru !
Des tessons de poteries, des tuiles romaines et des médailles à l'effigie des empereurs ont été découverts au lieu-dit des Jardins de Certeau sur le territoire d'Autremencourt, mais le nom de la localité (Ostremoncourt) n'est cité, pour la première fois, qu'en 1018, dans une charte d'Adalbéron et c'est au XIIe siècle que le premier seigneur des lieux, Renaud de Bidane, apparaît. Lui succèderont Bernard, puis ses fils, Raoul, qui entrera en conflit avec les moines de l'abbaye de Saint-Martin et Thomas qui vivra une épopée guerrière, très loin de la Picardie, dans la forteresse grecque de Salona. C'est le pionnier d'une lignée seigneuriale autremencourtoise qui fera carrière dans le métier des armes, au service du roi de France : car si parfois Yvon de la Bôve (en 1593), compagnon de Balagny de Montluc, et Jehan de Perponcher, qui fortifie le cimetière (en 1613), sont présents sur leurs terres, les seigneurs des lieux opèrent souvent sur les champs de bataille (les Stoppa, par exemple), tandis que Beat de Saxer, lui, occupe sa seigneurie pendant la période révolutionnaire.
Quoi qu'il en soit, aux XIVe, XVe, XVIe et XVIIe siècles (guerres de Cent Ans, de religion, de Trente Ans, de l'Espagne ou de Hollande...), le Laonnois est sans cesse aux avant-postes les plus dévastateurs de l'histoire et Autremencourt subit le sort commun (attaque dans la nuit du 5 au 6 juin 1652). A partir du XVIIIe siècle, les archives sont beaucoup plus éloquentes sur la vie quotidienne des Autremencourtois ; sur les propriétés, les métiers, l'habitat, les procès et les faits divers. De même au XIXe et au XXe siècles, périodes pendant lesquelles les conflits de 1870, 1914-1918 et 1939-1945 frappent à nouveau de plein fouet Autremencourt et sa région ; les documents sont là et les hommes témoignent. Ensuite, depuis plus d'un demi-siècle, le village ressemble à ce qu'il aurait toujours dû être : actif et tranquille.
EN SAVOIR PLUS ET COMMANDER CET OUVRAGE ?