Livre[0] = new livre(1465, "NEUILLY (Petit Dictionnaire historique des rues de)", "Hubert C. Raffard", "2001, édition originale", "Format 14 X 20. 292 pages", 186, "", 4, "Il y a deux manières d'aborder une ville pour tenter de la connaître : la première consiste à la visiter, mais souvent l'approche demeure superficielle, et la seconde à en lire l'histoire dans un ouvrage qui lui est consacré, mais ce savoir livresque se révèle, lui aussi, insuffisant, car il manque de cette expérience concrète, sensible, qui est irremplaçable. Avec Hubert-C. Raffard, nous ne bénéficions pas seulement des deux avantages cumulés, d'une information livrée par un homme de terrain qui a sillonné les rues de Neuilly-sur-Seine et d'une érudition puisée dans les services d'archives et les bibliothèques, mais aussi de la synthèse vivante de ces deux modes d'étude indispensables.
Manifestement épris de cette cité dans laquelle il vit depuis 33 ans, H.-C. Raffard, en dressant la liste complète des quelque 180 voies de communication neuilléennes, les localise avec un soin minutieux et nous retrace leur histoire, en n'oubliant aucun détail essentiel. Vérifiant le constat d'Achille Péretti, selon lequel « la ville de Neuilly a toujours marqué une nette tendance à rendre hommage à ceux qui, soldats ou civils, ont rendu des services tant à la Cité qu'à la France entière », il évoque le square Guillaume Apollinaire, le poète ayant été reçu, dit-on, dans la cité par Louise de Coligny-Châtillon, la rue du général Lanrezac, brillant commandant de la 5e armée, en 1914, le boulevard Richard Wallace, à la mémoire de cet Anglais très attaché à notre pays qui hérita du domaine de Bagatelle, ou la rue Pauline Borghèse, « Vénus victrix », commémorant celle qui « avait animé la vie de Neuilly pendant quatre ans ».
Toutefois, l'importance des lieux et des personnages du cru moins connus n'est pas négligée pour autant : la rue Charles-Bernard Metman, par exemple, rappelle à tous le comportement exemplaire de ce conseiller municipal, maire par intérim et maire-adjoint qui se dévoua pour ses concitoyens pendant la Deuxième Guerre mondiale ; l'avenue du Roule, baptisée ainsi en 1863, était autrefois « la plus ancienne voie communale par laquelle, en venant de Paris, on accédait au bac de Neuilly » ; le boulevard Julien Potin est un hommage à l'homme, fils du célèbre Félix Potin, qui « contribua aux oeuvres de bienfaisance de la mairie » ; la rue de l'Église a été nommée ainsi très naturellement, puisqu'elle longe « la première réelle église de Neuilly (...) construite sur l'emplacement de l'ancienne chapelle édifiée au XVIe siècle ».
Impossible de s'y tromper : c'est la ville de Neuilly tout entière que l'on peut ici, grâce à Hubert-C. Raffard, conjuguer au présent comme au passé.")