Bienvenue sur Histo.com, la plus
ancienne librairie d'histoire locale sur le Net...


Retrouvez l'intégralité de la collection
Monographies des villes et villages de France
Des livres de référence d'histoire locale

1870, "QUESNOY-SUR-DEÛLE (Notes historiques touchant)", "Charles Fretin", "2002, réimpression de l'ouvrage paru en 1855", "Format 14 X 20. 178 pages", "22e", "", 4, "Quesnoy-sur-Deûle fait partie de ces villes françaises dont le destin fut interrompu brutalement par la Première Guerre mondiale ; détruite en 1917, puis « complètement modifiée en 1918 » - nous rappelle Patrick Ansar - elle apparaît en effet comme l'ancêtre de la localité actuelle qui a été reconstruite sur ses ruines. Il n'y a pas, pour autant, de discontinuité historique et les Quesnoysiens d'aujourd'hui pourront renouer avec leurs plus lointains ascendants, grâce à cet ouvrage écrit par un homme qui tenait à ce que le passé de sa ville ne fût pas oublié. Celle-ci avait sans doute des origines anciennes (des fouilles ont permis d'exhumer des poteries et des tuiles gallo-romaines), mais « jusqu'au XIIe siècle il n'est nulle part fait mention de Quesnoy » ; c'est seulement le 2 mars 1143 que, dans une bulle du pape Célestin II, il est fait allusion à la localité qui faisait partie du diocèse de Tournai, créé au VIe siècle. C'est ainsi que Quesnoy entra dans l'histoire. Par la suite, il y eut bien d'autres dates mémorables, du XIIe siècle jusqu'au milieu du XIXe, que l'auteur cite et accompagne de notices détaillées. Des sujets aussi variés que l'arsin, ou droit de punir une offense par le feu (1245, 1248, 1256, 1280, 1344, 1350...), l'institution de compagnies franches (1530), la prise du château par le célèbre Lanoue, dit Bras-de-fer (1579), la construction de la maison commune (1760) ou l'ouverture de l'école communale de garçons, sont évoqués.
Toutefois, les faits historiques, importants ou anecdotiques, ne constituent pas la totalité de l'ouvrage, bien loin de là : Charles Fretin décrit aussi la topographie de ce chef-lieu de canton composé de neuf communes (Pérenchies, Lompret, Verlinghem, Deûlémont, Warneton-Bas, Warneton-Sud, Comines et Werwick-Sud), ses chemins et ses ruisseaux, les rues, les places et les passages de l'agglomération, la valeur des terres et les fermages. Il étudie, par ailleurs, l'évolution de la population (l'urbanisme, la vaccination et le paupérisme important), puis l'instruction, les maladies et l'idiome quesnoysien composé d'emprunts divers ; il évoque les ducasses ou karmesses et les activités économiques (agriculture, industrie et commerce). Impossible, enfin, de ne pas donner toute sa place à la Maison de Mailly, « l'une des plus anciennes et des plus illustres de France  » et de ne pas établir sa généalogie et les biographies de ceux qui formèrent la branche de Quesnoy : Edme, Louis, Philippe, Guillaume de Mailly, avant de terminer par la succession des divers fonctionnaires dans l'ordre administratif et judiciaire, ainsi que des curés, doyens et autres membres du clergé.
EN SAVOIR PLUS ET COMMANDER CET OUVRAGE ?