Bienvenue sur Histo.com, la plus
ancienne librairie d'histoire locale sur le Net...


Retrouvez l'intégralité de la collection
Monographies des villes et villages de France
Des livres de référence d'histoire locale

1982, "CASTILLONES (Notice historique sur la ville de", "J.-J. Oscar Bouyssy", "2003, réimpression de l'ouvrage paru en 1885", "Format 14 X 20. 130 pages", "16e", "", 4, "Comment J.-J. Oscar Bouyssy, maire de Castilonnès et membre de la Société d'agriculture, sciences et arts d'Agen, n'aurait-il pas consacré un ouvrage à la cité qu'il administrait, riche en édifices anciens (vestiges des fortifications, halle étonnante, demeures imposantes) et entourée de communes, elles aussi, marquées par l'empreinte du passé, comme Ferrensac, Montauriol, Cavarc, Saint-Quentin, Lougratte, Lalandusse, Cahuzac, et naturellement Cadouin (et son abbaye), à l'origine de la fondation de la ville (1259) ? Les sites eux-mêmes étaient déjà révélateurs, puisqu'on avait recensé 3 tumuli, dont l'un se trouvait près de Castillonnès, le second dans la commune de Bournel et le troisième dans celle de Montauriol, où des fouilles avaient aussi permis de découvrir des monnaies, médailles, armes, poteries, statuettes datant de l'époque gallo-romaine. Homme de terrain, Oscar Bouyssy ne se contenta pourtant pas d'étudier cette période des origines : il procéda à des recherches longues et approfondies dans les archives publiques et privées qui lui permirent de retracer l'histoire de la cité, depuis le XIIIe siècle, date de l'érection de la bastide, jusqu'à la Révolution.
Fourmillant de détails et de précisions datées et chiffrées, son récit passionnant, après un chapitre préliminaire (sur les temps anciens, antiquité, invasions, féodalité), évoque Élie, seigneur abbé de Cadouin et Arnaud de Mons qui cèdent une terre au comte Alphonse de Poitiers, le fondateur de la cité (acte officiel du 1er mars 1259), puis les constructeurs du château et de l'église, l'afflux progressif de la population, les discordes seigneuriales, la domination anglaise après le traité d'Amiens (1279)... Ensuite, le destin de Castillonnès est souvent placé sous le signe de la violence : guerres interminables contre l'Anglais (jusqu'en 1454), organisation municipale de la ville (enfin), confirmation par Charles VIII et François Ier de la charte accordée par le duc d'Anjou en 1370, affrontements religieux (la ville veut rester neutre), nouvelle guerre civile (XVIIe siècle), Castillonnès prend parti pour le prince de Condé, règne de la disette et de la peste (1653), tout l'Agenais est ruiné par les gens de guerre. Le XVIIIe siècle est plus paisible, mais le 13 janvier 1789 le tiers état est convoqué à l'hôtel de ville...
EN SAVOIR PLUS ET COMMANDER CET OUVRAGE ?