Bienvenue sur Histo.com, la plus
ancienne librairie d'histoire locale sur le Net...


Retrouvez l'intégralité de la collection
Monographies des villes et villages de France
Des livres de référence d'histoire locale

2062, "CAILLÈRE (LA). Essai d'histoire locale", "Louis Delhommeau", "2004, réimpression de l'ouvrage paru en 1948", "Format 14 X 20. 150 pages", "18e", "", 4, "Curé de La Caillère, de 1945 à 1951, avant de devenir cet « archiviste discret, tout de gris vêtu, honoré par d'éminents lettrés, historiens et linguistes brodés de vert et d'or », que nous a décrit Julien Boureau, l'abbé Louis Delhommeau nous donne ici un ouvrage de référence sur la jolie commune du canton de Sainte-Hermine, dont il fut le pasteur et à propos de laquelle Louis Chaigne écrivait autrefois : « La Caillère ouvre, chaque année, le printemps vendéen : c'est le verger de la Vendée. » Peu soucieux, quant à lui, de se livrer à ce genre d'élans poétiques, l'auteur dresse un véritable panorama du terroir, historique et géographique qui peut (aussi) servir de sésame touristique. C'est ainsi qu'au fil des pages, il évoque la petite commune située sur le versant nord d'une colline qui part du Pont-Charron, traverse La Jaudonnière, Saint-Hilaire-du-Bois et La Caillère (qui ne font qu'un depuis 1975), et va se perdre dans la forêt de Vouvant, avant de décrire son sol, son sous-sol et ses cours d'eau, ses productions fruitières et céréalières (« les marrons de La Caillère sont supérieurs à ceux de Bretagne, d'Auvergne et de Limousin »), ses voies de communication (création de Napoléon Ier) et ses relations commerciales avec Chantonnay, La Châtaigneraie, Sainte-Hermine...
L'histoire du château, bâti au XIIIe siècle par Guillaume de La Caillère, est, elle aussi, relatée, jusqu'à la Révolution (dans quelles circonstances fut-il brûlé ou démoli ?), et le prieuré est évoqué, avec les biens qui l'entouraient (cités dans un bail du 15 janvier 1773), ainsi que les halles (actes du XVIe siècle et de 1712) ; quant à l'église qui ne fut jamais la chapelle du château et dont l'édification eut lieu à deux époques différentes (XIe-XIIe et XIVe-XVe siècles), elle fait l'objet d'une description détaillée : construction et mobilier. Chef-lieu de canton sous la Révolution, La Caillère dut subir un commissaire particulièrement tyrannique, Ducrocq-la-Bretonnière, une garnison contre laquelle la population se révolta (1793), une longue période de misère et des persécutions exercées contre le clergé... Mais le siècle et demi qui suivit vit la disparition des halles, divers déplacements des écoles, la suppression, puis le maintien de la gendarmerie, la création du bureau de poste et d'une ligne de chemin de fer.
EN SAVOIR PLUS ET COMMANDER CET OUVRAGE ?