Bienvenue sur Histo.com, la plus
ancienne librairie d'histoire locale sur le Net...


Retrouvez l'intégralité de la collection
Monographies des villes et villages de France
Des livres de référence d'histoire locale

2122, "LIBOURNE (Histoire de) et les autres villages et bourgs de son arrondissement - Tome II", "Raymond Guinodie Fils aîné", "2004, réimpression de l'ouvrage paru en 1876", "Format 14 X 20. 570 pages", "65e", "", 4, "Le livre que nous présentons ici est le second volume de l'ouvrage intitulé Histoire de Libourne et des autres villes et bourgs de son arrondissement qui en compte trois au total et qui apparaît comme un véritable document de référence sur la question. Dans ce tome II, c'est d'abord « l'ancienne administration municipale de Libourne et l'ancienne administration des paroisses rurales de l'arrondissement » qui est évoquée avec précision : étude de la juridiction de la ville, de la commune en elle-même (organisation municipale, police, gouverneurs de la cité, impôts, conseil de la commune, revenus et charges, hôpital, instruction publique...). Ensuite, l'auteur relate l'histoire du canton de Saint-Émilion (Saint-Sulpice-de-Falerens, Vayres, Pomerol...) et il en fait la description détaillée : origine, monastère, ordres religieux, édifices importants, juridiction, foires et marchés, collège, banlieue... Puis, il en vient au canton de Sainte-Foy, en retraçant les « événements politiques et moraux » qui le concernent (origine, faits religieux, combats entre Français et Anglais, catholiques contre protestants) et en étudiant l'administration municipale, avec les consuls et les jurats.
Les consuls, qui ont pour livrée le chaperon « mi-parti noir et rouge », élisent le maire et font la police dans la ville, ainsi que dans tous les lieux où s'exerce la juridiction ; ils administrent aussi l'hôpital (ils en font bâtir un nouveau en 1551 aux frais de la commune) et possèdent un collège où l'on enseigne les belles-lettres (il disparaîtra en 1789). Quant aux jurats, ils habitent la cité ou représentent les paroisses. Les charges sont constamment plus importantes que les recettes - la municipalité est endettée - en dépit des activités commerciales (le sel, les vins, les blés) et industrielles (toile de chanvre : droguets, bures, couvertures). L'auteur complète ce panorama urbain par la liste des consuls de Sainte-Foy, depuis 1331 jusqu'en 1876 et il termine par un recensement impressionnant de pièces justificatives, restituant d'abord les statuts de Libourne (il y en a 82 : sur les trésoriers, les sergents de ville, les mesureurs de sel, les jurats, le maire) et transcrivant la correspondance royale adressée aux autorités de la ville, ainsi que de nombreux documents juridiques.
EN SAVOIR PLUS ET COMMANDER CET OUVRAGE ?