Bienvenue sur Histo.com, la plus
ancienne librairie d'histoire locale sur le Net...


Retrouvez l'intégralité de la collection
Monographies des villes et villages de France
Des livres de référence d'histoire locale

2556, "NOGENT-LE-ROTROU (Rues et maisons de). Tome I. De A à P", "Josiane Séguret-Fourcroy", "Edition 2006", "Format 14 X 20. 442 pages", "52e", "", 4, "L'ouvrage présenté ici est le premier volume du livre intitulé Rues et maisons de Nogent-le-Rotrou qui fait superbement revivre la cité au passé. Ici, dans ce tome I, véritable odyssée urbaine qui commence rue Abbé Beulé et s'achève rue de Pseau (le moulin du même nom « a été converti en appartements »), nous accomplissons un périple à la fois familier et tout à fait dépaysant : les Nogentais, en effet, et tous les amoureux de cette belle cité y retrouveront, ou découvriront, des lieux qu'ils connaissent, mais peuplés de noms qui pourront leur paraître singuliers. Ainsi, rue Bretonnerie (anciennement rue aux Anglais : les élèves « l'empruntaient tous les matins pour se rendre au lycée Rémi Belleau »), au n° 1, se trouvait, à la fin du XIXe siècle (1893-1899), « un bureau de placement pour les domestiques des deux sexes, pour Paris et la province » ; et c'est au 23 de la rue du Château-Saint-Jean (notice historique détaillée sur la forteresse des Rotrou) que M. Vincendeau, en 1927, vendait des « matelas et sommiers à façon ». Place du Général de Saint-Pol (ou place Saint-Pol, anciennement place du Marché), au n° 1, officiait en 1867 M. Louis-Auguste Barillet, maître faïencier, auquel succéda M. Marie-Louis-Eugène Renou-Barillet (1878-1909), « marchand de verres et cristaux, faïence en gros », sous l'enseigne « À la Bonne Marraine ». Toutefois, l'histoire, retracée et illustrée ici, n'est pas seulement de l'ordre de « la fuite utile des jours » ; elle se réfère aussi à des instants d'exception vécus par tous les Nogentais et à des personnalités locales marquantes : en témoignent la rue du Général Leclerc (anciennement faubourg Saint-Hilaire), qu'emprunta Philippe-Marie de Hauteclocque en août 1944, l'avenue Georges Clemenceau (anciennement Les Petites Promenades ou Le Square), la rue Gouverneur (anciennement rue Dorée) dont le n° 41 fut le Q.G. de la Résistance en 1944 et qui honore Aristide-Philippe Gouverneur, imprimeur comme son père et maire de la ville, « toujours sur la brèche à Nogent et partout où sa présence était nécessaire...
EN SAVOIR PLUS ET COMMANDER CET OUVRAGE ?