Bienvenue sur Histo.com, la plus
ancienne librairie d'histoire locale sur le Net...


Retrouvez l'intégralité de la collection
Monographies des villes et villages de France
Des livres de référence d'histoire locale

2596, "THINES et MALARCE à la fin du Moyen Age", "Pierre Minard", "2007, réimpression de l'ouvrage paru en 1979", "Format 14 X 20. 180 pages", "22e", "", 4, "L'intérêt d'un ouvrage comme celui de Pierre Minard consacré aux paroisses de Thines et de Malarce, vient surtout de l'aptitude de son auteur à « saisir au mieux un paysage transformé par l'homme », pour reprendre la belle expression de Jacques Schnetzler. Une qualité rare et indispensable si l'on veut connaître réellement le passé de ces « deux vieilles paroisses de la Cévenne ardéchoise », à la fois si singulières et si représentatives d'une région et d'une époque. Cartes et illustrations à l'appui, l'historien, qui a choisi d'étudier les deux localités au XVe siècle, une période cruciale dans leur histoire (guerre de Cent Ans, « nécessité d'un renouveau politique, économique et social »...), s'emploie avec succès à dresser un panorama complet du terroir à travers le temps et l'espace. Après une introduction courte, mais très dense (présentation de Malarce-sur-la-Thines, terrier et recueil des reconnaissances, les Estimes de la taille de 1464), c'est cette époque de la fin du Moyen Âge qu'il fait revivre sous tous ses aspects.
Il nous décrit d'abord les zones d'habitation qui « diffèrent de caractère dans les deux paroisses », puis le prieuré de Thines, autour duquel le bourg du même nom s'est constitué (XIe-XIIe siècle), les seigneuries locales (Longueville et Maurines), la localité et ses villages. Ensuite, il utilise la même méthode pour Malarce et sa vieille église, le promontoire du nord-est et le promontoire central (Le Puech, inférieur et supérieur, Le Jaugin, Le Champ...), et le Travers, autre grand quartier de Malarce et les secteurs qui se sont formés au XIXe siècle. Après quoi, la population des deux paroisses est étudiée avec précision : la noblesse, le clergé et le tiers qui constitue « la presque totalité des habitants », mais aussi l'affranchissement des serfs qui est réalisé au XVe siècle dans la région (les Estimes le montrent). Ce portrait, vivant et foisonnant, comprend, par ailleurs, la vie de la communauté au quotidien, avec son mode d'habitat, la prédominance des activités agricoles (très peu d'artisans), l'olivier et la vigne, la châtaigne et les prés, les impositions multiples et les lieux-dits des deux paroisses...
EN SAVOIR PLUS ET COMMANDER CET OUVRAGE ?